Quantcast
Connectez-vous S'inscrire

5 500 généraux en France : quand Hollande se prend pour Zappata

Notez






Vidéos similaires
1 sur 2


Expand Expand
Durée : 4min 7sec | Postée : Il y a 11 mois | Chaîne : Le journal de VDLRUssie par chapitre

On se doutait que les capacités opérationnelles de l’armée française, n’étaient pas à la hauteur du courage et des compétences des soldats français. Mais une lettre ouverte d’une dizaine de jeunes officiers éclaire sous un jour nouveau, et pour le moins déroutant, certains handicaps…
Imaginez… Il y aurait en France plus de 5 500 généraux, payés à ne rien faire… Autant que de légionnaires, tous régiments confondus. De quoi armer deux équipages d’un porte-avion comme le Charles de Gaulle…
Et ce ne sont là que des comparaisons d’effectifs… et non de solde. Car évidemment, un général planqué touche beaucoup plus qu’un caporal ou un marsouin engagé sous le feu, au Mali ou ailleurs.
 
Il y a en France, selon des chiffres arrêtés au 31 décembre 2012, 498 officiers généraux en activité dont 173 pour l'armée de terre, 74 pour l'armée de l'air et 52 pour la marine. Et 5 500 en section II, c’est-à-dire en pré-retraite, sans affectation…
Quand on sait qu’un général est un officier censé commander au moins une brigade, une division ou un corps d’armée, l’armée française devrait compter, avec 5 500 généraux, plus de… 2 millions 600 milles combattants, sans compter les personnels civils administratifs. Un tout petit plus que l’armée chinoise, autant que l’armée américaine et l’armée russe réunie… La France aurait ainsi la première armée du monde.
 
Tout çà pourrait prêter à sourire, si cela ne nuisait pas gravement aux capacités opérationnelles des régiments qui eux, doivent diminuer leur effectifs, militaires du rang et sous-officiers. Et il faut bien reconnaître que dans les conflits récents, aucun colonel ou général n’est tombé au champ d’honneur. Il n’y a plus, en France, de Colonel Le Drian pour mourir à la tête de ses hommes pour la défense de Verdun… Et pour ce qu’on a pu en voir, lors de l’affaire Mahé, l’honneur est d’autant plus vivace chez le soldat français, qu’il a un grade inférieur à celui de colonel !
 
Dénonçant également la baisse systématique du budget de la défense, variable d’ajustement au grès des humeurs syndicales du moment et des impératifs de Bruxelles, la lettre ouverte des jeunes officiers demande un « réarmement » de la France. Un réarmement qui doit prioritairement concerner l’équipement individuel des soldats. S’ils dénoncent le programme Félin, qui alourdit de dizaines de kilos les combattants mais remplit les poches des sociétés d’armement sans apporter de réels avantages sur le terrain, ils réclament, je cite « des gilets pare-balles, des chaussures, des robots, des drones, des munitions, des fusils d’assaut, des treillis de qualité ». Fin de citation. Ils veulent que ces choix stratégiques soient imposés par le Parlement aux groupes du complexe militaro-industriel car, je cite encore, «  La France a besoin de capacité opérationnelle. Pour retrouver une réelle capacité de projection, l’armée a besoin de transporteurs blindés, d’un deuxième voire d’un troisième porte-avions, d’hélicoptères et d’un deuxième groupe aéronaval. Elle a besoin de blindés sur roues, de matériel chirurgical ».
On dit souvent que l’armée française est la meilleure infanterie au monde, maintenant on sait pourquoi, elle ne peut compter que sur la valeur de ses hommes, puisqu’elle n’a pas de matériel !
 
Cerise sur le gâteau, pendant ce temps, les militaires du rang ne sont pas payés… Les dysfonctionnements du système informatisé Louvois, qui gère, enfin qui devrait gérer les paies, étaient pourtant connus avant même sa mise en service, mais rien n’a été fait pour corriger les 10 à 15 bugs majeurs qui plombent complètement un logiciel déjà obsolète. La situation est telle que des militaires en opération se font saisir leur maison, faute de pouvoir payer les mensualités de leurs crédits ! L’armée de Terre, mais aussi la Marine sont touchées.
Pourtant, il paraitrait que le problème pourrait être résolu si la DRH du ministère de la défense accordait à l'armée de terre la création de cinq postes d'informaticiens…
La France peut payer 5500 généraux à ne rien faire, embaucher 40000 fonctionnaires de plus à l’Éducation Nationale qui en compte déjà un million, mais rechigne à embaucher 5 informaticiens pour que ses soldats puissent monter au feu, sans avoir le soucis de savoir si le frigo de leurs enfants est plein, si leur épouse pourront encore avoir un toit le mois prochain et si l’armoire à pharmacie de leurs parents leur permette de se soigner.
Dans d’autres pays, il y a eu des coups d’état pour moins que cela… 
 


1.Posté par philip le 11/03/2013 18:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
trop de généraux...trop de fonctionnaires payés à ne rien faire.... faudrait revoir cela et le peuple doit être mis au courant

2.Posté par PIGIS le 15/03/2013 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette question est à exposer au Ministre de la défense et au Président lorsqu'ils viennent
encourager nos troupes engagées dans des OPEX ! Il ne faut pas seulement les remercier d'être venus ! ![

3.Posté par Marcel le 16/03/2013 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faudrait quand même arrêter de raconter n'importe quoi. Un officier général en 2° section touche une solde qui est l'exact montant de son droit à pension. Ce n'est pas un préretraité mais un retraité susceptible d'être rappelé, ce qui n'est pas la même chose.

ProRussa.Tv : les contribuables français apprécieront la différence… Solde ou retraite des fonctionnaires, qui paie ? De plus, cette remarque ne change rien à la question principale : "Pourquoi la France a-t-elle promu autant d'officiers supérieurs, avec si peu de troupes ?" Combien de sergents au bout de leur premier contrat, partent sans renouvellement ? Pourquoi ces officiers n'ont-ils pas terminé leur carrière au grade de lieutenant-colonel ? Pourquoi n'ont-ils pas été rendus à la vie civile, alors que nombre d'entre eux commencent une nouvelle carrière… dès leur arrivée en Section II ?
Cela ressemble plus à du copinage fraternel qu'à une réelle nécessité opérationnelle.
Et c'est d'ailleurs une question qui peut se poser pour l'ensemble des "hauts"-fonctionnaires.

4.Posté par Choa le 16/03/2013 13:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les loups ne se mangent pas entre eux mais là ça va leurs pété à la tronche à force de profité d'un système qui va dans leurs sens.

5.Posté par duiba le 17/03/2013 16:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On attend plus que l'armée se soulève!!! D'ailleurs les français ont très largement plus confiance à ces soldats qui meurent pour la patrie qu'à ces politiciens et à toute la classe dirigeante !

6.Posté par Montluc le 18/03/2013 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais, depuis fin XIX° début XX°, le gouvernement de la république ne veut pratiquement pas de militaires à des postes de responsabilités, réservés en très grande majorité aux énarques et autres hauts fonctionnaires. L'addition de quelques postes prestigieux permet en effet, de vérifier que seuls quelques rares postes sont réservés aux officiers généraux, le grand chancelier de la L.H., un ou deux placards au Conseil d'Etat ou au quai d'Orsay et l'addition est pliée;
Aussi, pour éviter la grogne des généraux et maintenir le statut quo au profit des énarques, "on " leur réserve quelques sucettes destinées à les faire taire: Légion d'honneur dans le paquetage en guise de " lavabo= eau chaude eau froide" , deuxième section, bagnoles de services et éventuellement petit secrétariat et quelques années en poste de prétendu réserve pour leur faire profiter de quelques pépettes et l'affaire est close!...
Ne cherchez pas ailleurs le silence tonitruant de notre "voie lactée", il est acheté à vil prix!...

7.Posté par nimbus le 20/03/2013 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Seul le premier paragraphe du commentaire de Marcel ( voir ci-dessus ) est correct .

8.Posté par Patrick Euvrard le 21/03/2013 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les généraux ont eu un avancement normal de carrière, toutefois la réduction drastique des effectifs fait qu'il y a plus de gradés que de soldats. Parmi ces 5 500 généraux, combien d'octogénaires et de nonagénaires, tout ceux-là étaient simples sous-lieutenants au début de leur carrière, ils sont devenus généraux (pas tous) parce qu'ils ont survécut à différents conflits et son restés dans l'armée. Aujourd'hui, nos militaires sont employés à des opérations de maintient de l'ordre de part le monde, la « casse » n'y a rien de comparable avec celle de la Grande Guerre, ni avec les gros conflits suivants, donc aujourd'hui, il est normal qu'un plus grand nombre meurent dans leur lit. Combien de gradés pour un 2e classe dans l'armée présente ? et ce qui le sont ne le resteront pas longtemps ou seront rendus à la vie civile. Dans la même veine, pourquoi payer des retraites à tout ceux qui la prennent, civils ou pas, public ou privé ? C'est bien là l'intention inavouée.

Contrairement à l'entreprise où certains deviennent PDG au sortir de l'école, plus ceux qui le croient parce qu'ils ont des diplômes, pour être général, il faut d'abord avoir été sous-lieutenant, certains même ont débuté deuxième classe. Et au début, le prix à payer est souvent la vie.