Quantcast
Connectez-vous S'inscrire

De François Mitterand à François Hollande, tout le monde écoute tout le monde, et personne ne sait rien !

Notez






Vidéos similaires
1 sur 2


Expand Expand
Durée : 4min 18sec | Postée : Il y a 6 jours | Chaîne : Le journal de VDLRUssie par chapitre

 
On ne sait pas si la police française est devenue la Stasi, mais le "Allo ? Ne quittez pas. Vous êtes sur écoute", parait plus que jamais d'actualité. Depuis l'affaire des fameuses écoutes de l'Elysée, dans les années 80, les mauvaises méthodes socialistes ont la peau dure. Souvenez-vous : sous le premier septennat de François Mitterrand, une cellule antiterroriste, chargée de veiller exclusivement à la protection de l'Elysée, réalise des écoutes téléphoniques illégales. On craint, à cette époque, un coup d'état des éléments les plus extrémistes refusant le passage de la France au Socialisme, mais surtout, on craint des divulgations sur la vie personnelle du Président ou les méthodes de son entourage qui pourraient servir de moyens de pressions contre la République. Près de 3 000 conversations concernant 150 personnes, ont été enregistrées en dehors de tout cadre légal. Comme la presse l'a rapporté à l’époque, ce ne furent pas les premières écoutes téléphoniques effectuées par les services de la République, mais celles-ci ne concernaient pas le service de l'État, mais des demandes personnelles de François Mitterrand ou de ses proches.
 
Son héritier politique, François Hollande, a conservé la tradition de la vie parallèle mais aussi celle des écoutes. Seul le cadre légal a changé. On le sait, le candidat Hollande a plus été élu par défaut, pour chasser le président sortant Nicolas Sarkozy, qu'en fonction de son programme ou de sa personne. Même si les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent, M. Bricolage doit quand même amèrement regretter d'avoir suivi ses communicants, en promettant de faire régner l’exemplarité à la tête de l’Etat. Car depuis son avènement, affaires, mensonge et passe-droits en tout genre, se multiplient, rendant chaque jour de plus en plus impopulaire, ce gouvernement qui semble avoir prévu de battre des records dans le domaine.
 
Une fois encore on frise l'irresponsabilité et le même numéro de dupes se répète. A la veille des municipales, l’affaire des écoutes de l'ancien président Sarkozy (dans le cadre du possible financement de sa campagne par Kadhafi) a déstabilisé le gouvernement français. Alors que le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, reconnaît avoir été mis au courant, Madame Taubira, ministre de la justice prétend ne pas avoir été informée tout en brandissant à la presse des documents qui démontrent exactement le contraire. Tout comme l'inénarrable ministre de l’intérieur, Manuel Valls, dont ce sont les services placés sous son autorité, qui en ont été chargés. Le pataquès et sa suite de couacs continuent en Hollandie. Les mêmes mensonges et les mêmes contradictions que dans l'affaire Cahuzac, mais aussi la théorie du genre, le mariage de même sexe, et j’en passe. Ce sont les mêmes acteurs qui jurent la main sur le coeur n'être au courant de rien, en dépit des documents et des rapports qui attestent le contraire.
 
Alors, incompétence ou déni de réalité ? Le premier "flic de France" (certains diront le premier shériff) n'est jamais au courant de rien. C’est étonnant d'être aussi mal informé, alors qu’une récente enquête vient de révéler la collaboration étroite établie entre La DGSE et l’opérateur télécoms, en dehors de tout contrôle. En effet, parmi les révélations d'Edward Snowden, on découvre ainsi que le service secret français dispose d’un accès libre et total, aux réseaux et aux flux de données qui transitent par les réseaux de l'opérateur. Autrement dit, l'accès aux communications téléphoniques et Internet de chaque citoyen français. Les gouvernements s’octroient donc, des pouvoirs auxquels il n’ont pas droit car il n'existe aucune surveillance de la part du public qui doit se contenter de faire confiance. Même si un individu n'a rien fait de mal, il est épié et enregistré. Il suffit juste d’être suspecté, même par erreur, et alors des services utiliseront des systèmes, dont vous ignorez jusqu'à l'existence, pour remonter dans le temps, examiner minutieusement vos choix, vos communications et extrapoler ainsi des soupçons, à partir d’une vie inoffensive.
 
Après ça, on ne doute pas que Manuel Valls soit le mieux placé pour donner des leçons de valeurs républicaines à un soldat du feu qui refuse de lui serrer la main. Le matador des salons doit avoir oublié que ce n'est pas le titre qui confère le respect, mais l'homme qui est sensé incarner la fonction. Si un ministre a rang d'autorité, il est d'abord au service de son peuple et en particulier de ceux qui ont fait le choix de défendre et de protéger. M. VALLS découvre une réalité qui semble lui avoir échappé.
A travers la succession des affaires au fil des ans, le monde politique s’est discrédité et il apparaît de plus en plus, comme une caste ou une oligarchie de plus en plus étrangère aux préoccupations des citoyens ordinaires. Après tant de tromperies, de dissimulations et de manipulations, les Français ne leur reconnaissent plus aucune légitimité. Et qui pourrait leur donner tort ?
 

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils pourront être supprimés ou modifiés par la Rédaction, sans préavis ni explication. Merci de votre compréhension.