Quantcast
Connectez-vous S'inscrire

La Hongrie s'en sort mieux sans Bruxelles

Notez








Expand Expand
Durée : 3min 29sec | Postée : Il y a 4 jours | Chaîne : Le journal de VDLRUssie par chapitre

 
La Hongrie vient de battre le record de juin 1974, quant au taux d’inflation le plus bas, alors que Budapest et Bruxelles s’affrontent, l’UE accusant le gouvernement hongrois de ne pas lutter suffisamment contre la crise. Mais la conclusion qui s’impose ne profite pas à l’Union européenne. En effet, il semble que pour pouvoir contrôler la situation, il vaut mieux être le plus loin possible de Bruxelles…
 
En juillet dernier, le taux d’inflation hongrois était de 1,8% et les analystes s’attendaient à une baisse à 1,7% maximum. Mais surprise, en août, le taux d’inflation est de 1,3 % réparti sur les 12 derniers mois, ce qui n’est pas sans rappelé le record de l’année 1974, l’époque du système socialiste et du Conseil d'assistance économique mutuelle.
Alors, est-ce que cela signifie que les programmes de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI ont enfin porté leurs fruits, tout du moins en Hongrie ? Et bien non. Les fonctionnaires européens auraient tort de se féliciter parce que la politique d’austérité et de renforcement du contrôle par la BCE qu’ils proposent, n’y ait absolument pour rien. L’inflation a reculé non pas devant Bruxelles mais devant les mesures anticrise prises par le gouvernement hongrois.

On peut ne pas approuver les options politiques du premier ministre hongrois, Viktor Orbán, mais force est de reconnaître que ce dernier fait preuve de détermination et de cohérence dans sa gestion économique. Il a mis le cap sur les réformes sociales et économiques intérieures et il les réalise sans trop se préoccuper de ce que disent les fonctionnaires de Bruxelles. Le gouvernement hongrois a notamment imposé une baisse de 10 % des prix du gaz, de l’électricité et du chauffage dans le cadre du plan anticrise national. Et lorsque l’Union européenne s’est mise à parler de comportement sapant les bases de l’économie de marché, de non-respect des recommandations anticrise de la Commission européenne et de populisme du premier ministre, ce dernier a promis de reconduire ces mesures, dès le 1er novembre prochain.
Quant aux indicateurs économiques, même Eurostat, l’agence de statistiques officielle de l’Union européenne, n’a pu que constater la fin de la récession en Hongrie et la maîtrise par le gouvernement du déficit budgétaire qui n’excède pas aujourd’hui, les sacro-saints 3 % du PIB exigés par l’Union européenne. Par ailleurs, la reprise de la croissance est attendue en Hongrie avant la fin de l’année.
 
Comme l’explique Boris Roubtsov, professeur à l’Académie financière de Russie, je cite : « Ce qui ce passe aujourd’hui montre en fait que dans certains cas les Etats européens feront mieux de garder leur indépendance en matière de politique monétaire parce que cette ligne pourrait s’avérer plus avantageuse. Mais il faut, bien évidemment, voir au cas par cas. Certains pays d’Europe de l’Est, dont la Hongrie, ne veulent pas pour le moment devenir membres de la zone euro », fin de citation.
Certains experts ont déjà parlé du « miracle économique hongrois » qui pourrait amener l’UE, et d’autres institutions internationales, à revoir leur copie quant à la conception générale qu’elles mettent en œuvre, notamment en ce qui concerne la place et le rôle de l’Europe de l’Est.
Et comme le souligne, Viatcheslav Sentchagov, de l’Institut d’économie de l’académie des sciences de Russie : Les normes économiques et financières, tout le monde les a violées, mais les pays d’Europe de l’Est étaient plus raisonnables que leurs voisins de l’Ouest.

Au sujet de la situation en Europe et dans le monde, le magazine « The American Interest » a écrit : « L’Occident traverse une crise et recherche actuellement des solutions aux nouveaux défis ». Il n’est pas étonnant alors, de voir certains pays européens essayer de résoudre leurs problèmes en prenant appui sur leurs propres conceptions. Et en cela, la Hongrie vient de montrer la voie.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter
B i u  QUOTE  URL

Les commentaires sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils pourront être supprimés ou modifiés par la Rédaction, sans préavis ni explication. Merci de votre compréhension.