Quantcast
Connectez-vous S'inscrire

Ouverture de la saison culturelle de la fédération de Russie, avec l'exposition Romanov, à l'hôtel d'Estrée.

Notez








Expand Expand
Durée : 4min 16sec | Postée : Il y a 4 jours | Chaîne : Le journal de VDLRUssie par chapitre

 
Du 14 au 22 septembre 2013, les parisiens pourront découvrir une exposition présentée par la Fédération de Russie, à l’Hôtel d’Estrée. Cette exposition a été organisée  dans le cadre des « Journées du Patrimoine » et à l’occasion du quatre centième anniversaire de l’accession au trône de Michel Fédorovitch Romanov.
Devenu tsar sous le nom de Michel 1er , il avait été élu par le « Zemsky sobor » l’assemblée des boyards, à la fin d’une période de troubles.
Sa descendance, au travers de dix-neuf souverains et souveraines,  devait élever la Russie au rang d’une des plus grandes puissances, jusqu’en 1914. Engagée dans la guerre, elle fut quasiment  anéantie par la déchirure que fut la Révolution bolchevique qui en tentant de faire du passé table rase, a fait de la Sainte Russie une  anti-patrie cosmopolite et matérialiste. Certains membres de cette seconde dynastie furent exceptionnels, comme Pierre le Grand et Catherine II. D’autres ont géré l’empire avec grandeur, sagesse et éclat, en alliant progrès et tradition, et en le protégeant de la subversion étrangère, idéologique ou militaire. Quand l’Empire s’écroule sous Nicolas II, la Russie était sur le point de devenir une puissance de premier ordre dans le concert des nations.
 
Mis à part le mariage d’Anne de Kiev avec Henri 1er roi de France, les alliances entre les famille impériale de Russie et celle de France ont été inexistantes. Une fille de Pierre  le Grand, Elisabeth Pétrovna, a bien failli épouser Louis XV, mais un complot organisé par le Régent, Philippe d’Orléans, empêcha la réalisation de ce projet. Devenue l’Impératrice, elle garde une passion pour la culture française, et en fait une référence à la cour des Romanov. C’est elle en effet, qui impose la langue de Molière à la cours de Russie qui devient alors, la langue officielle, jusqu’à la révolution bolchévique.  
 
A partir du XVIIIe siècle, les Romanov sont nombreux à s’être rendu en France. Le premier a été Pavel Pétrovitch, futur Paul Ier , qui, sous le nom de Comte du Nord, fut l’hôte du prince de Condé au château de Chantilly.  Il y a également, Alexandre 1er. Venu libérer la France en 1814, il participera au rétablissement du roi Louis XVIII, sur le trône de France et fera célébrer la première messe en l’honneur de Louis XVI sur la place de la Concorde. Il signe à Paris, un traité de paix, avec les souverains des puissances européennes. Et c’est son arrière-petit-fils, Alexandre III, qui scellera l’alliance franco-russe en 1891. Une alliance qui s’écroule sous Nicolas II, avec l’effondrement de la Sainte Russie, victime d’une révolution et des agissements bellicistes d’un Clémenceau, qui a largement participé au déclenchement du conflit mondial qui devait détruire à plus ou moins long terme, l’Europe chrétienne.
 
Souvent illusionnés par les hommes politiques de l’après guerre, les survivants de la Famille Romanov, réfugiés en France, croient encore dans l’ancien allié. Ils se sont installés à Paris, dans certaines villes de la Côte d’azur et même à Biarritz, créant de véritables colonies russes. Ainsi le Grand duc Nicolas, ancien généralissime de l’armée russe, a choisit Cannes et le Grand duc Cyrille Vladimirovitch, héritier du trône après l’assassinat du dernier tsar, s’est installé à Saint-Briac en Bretagne. Depuis, son fils a rejoint pour l’éternité, Saint-Pétersbourg où il repose avec la grande duchesse Olga, dans la Forteresse Pierre et Paul, auprès de ses ancêtres impériaux. Vous pouvez témoigner de votre fidélité à l’amitié Franco-Russe, en vous associant à cet acte de mémoire, afin de faire oublier la félonie de nos hommes politique qui ont pris en otage notre pays, pour lequel Nicolas II s’est sacrifié, alors qu’il n’avait aucun intérêt à précipiter son empire dans une guerre, sinon le respect de la parole donnée au traité de l’alliance franco-russe.    
 
Tous les Romanov ont été des mécènes, des protecteurs des arts, comme de l’économie. C’est un bel hommage qui leur est rendu, à travers cette exposition qui réunit des objets et des documents provenant de collections publiques comme celle du Musée de la ville de Moscou, et de collections privées, russes et françaises.
Le vernissage de cette exposition a été l’occasion pour son excellence, Alexandre Orlof, d’ouvrir la saison culturelle de l’ambassade de la Fédération de Russie en présence de nombreuses personnalités russes et  françaises, comme la Grande duchesse Maria Vladimirovna de Russie, représentant  la famille Romanov, ainsi que des membres du clergé orthodoxe et de la noblesse russe, et parmi  les célébrités françaises, on a pu voir la chanteuse Mireille Mathieu, grande amie de la Russie.
Vous trouverez toutes les informations sur cette exposition, aux coordonnées qui s’affichent en bas de votre écran.
 

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter
B i u  QUOTE  URL

Les commentaires sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils pourront être supprimés ou modifiés par la Rédaction, sans préavis ni explication. Merci de votre compréhension.